En trois lettres

Publié le 20/02/2013

Pourquoi l’enfer ou l’idiot c’est toujours l’autre ? Lucien Jerphagnon, grand érudit devant l’éternel, avait commis quelques mois avant sa mort une petite anthologie sur la sottise qui vient d’être rééditée. Tout cela est fort réjouissant. Mais à la fin de l’ouvrage, il n’est pas sûr que l’on soit plus savant sur le sujet. Certes, il recense de bien belle saillies sur l’autre, toujours idiot par définition. Mais le propos aurait été avantageusement complété par des exemples concrets. On manque parfois de critères pour distinguer in vivo la vraie intelligence.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte