Essais cliniques : la France peut mieux faire

Publié le 04/12/2012
Au niveau européen, l'analyse par phase révèle une proportion plus importante de Phase II en...

Au niveau européen, l'analyse par phase révèle une proportion plus importante de Phase II en...
Crédit photo : C Thuault

« L’attractivité ne se décrète pas, elle se construit », a récemment déclaré Marisol Touraine. La tâche en ce qui concerne l’accroissement de la part de marché de la France dans la mise en œuvre d’essais cliniques est loin d’être gagnée. Selon les résultats d’une enquête menée par le Leem tous les deux ans depuis 2002, la France conserve son rang dans la moyenne des pays européens. Pour autant, des signaux témoignent d’un risque de décrochage. Sont particulièrement visés le diabète et le cardio-vasculaire où la France est désormais classée dernière.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte