Et si le ministère de la Santé disparaissait… ?

Publié le 15/10/2012
À la question de savoir s’il faut ou non conserver un ministère de la Santé, la majorité des acteurs et observateurs du système de santé interrogés sont partisans de le sauver. Mais leurs réponses laissent deviner l’ampleur du chantier à mener pour qu’il soit en phase avec les besoins actuels.
Benamouzig

Benamouzig
Crédit photo : DR

Le Gal

Le Gal
Crédit photo : DR

Lehmann

Lehmann
Crédit photo : DR

Le Dorze

Le Dorze
Crédit photo : Vitalia

Christian Lehman, généraliste et auteur

« En France, la médecine sert de variable d’ajustement aux diverses factions politiques et aux groupes d’intérêts et je me demande si, dernièrement, nous avons réellement connu un ministère de la Santé. La politique de santé ne se décide pas au ministère. La dernière preuve en date est cette décision médicalement incohérente du retrait de l’hypertension artérielle du tableau des ALD qui fait qu’on ne prend les patients en charge qu’au stade des complications.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte