Exercice de l’État

Publié le 30/04/2013

Dans cette première année de présidence Hollande, en santé comme ailleurs, les critiques n’épargnent pas les dirigeants politiques. La pusillanimité du pouvoir qui multiplierait les rapports et décalerait ses décisions est raillée. Les discours en faveur de l’hôpital public seraient jugés peu équilibrés. Et le fameux parcours de santé resterait bien flou. Certes, l’inconstance des citoyens est pour beaucoup dans ce désamour. Mais introniser son mandat par une attaque contre les dépassements d’honoraires des médecins était courageux mais imprudent.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte