Exposition Paul Klee, le faux candide

Publié le 07/04/2016

Crédit photo : ABMT, Uni Basel, 2005

Paul Klee, on ne le sait pas toujours, est voltairien. Il affiche son admiration pour l’auteur de Candide au début de sa carrière en 1911 en illustrant le chef-d’œuvre du philosophe. Cette filiation ou ce cousinage s’inscrit dans le temps. Cette culture de l’ironie, du mordant, de la satire est déclinée tout au long de l’exposition que consacre le Centre Pompidou à l’un des artistes majeurs du XXe siècle. Paul Klee, à l’heure de l’embrigadement politique ou esthétique, récuse toute soumission à un ordre de quelque nature. Un temps, il officie au Bauhaus. Mais cela ne durera pas.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.