FHP, le cash ne paie plus…

Publié le 17/09/2015

Changement de cap à la Fédération de l’hospitalisation privée. Lamine Gharbi, dans son discours prononcé lors de l’université d’été de la fédération, a annoncé la fin des polémiques avec l’hôpital public. « Il faut dépasser les oppositions stériles entre le public et le privé pour montrer pleinement la réalité de la contribution de l’hospitalisation privée au système de soins. » Fin d’une époque où le parler cash, la dénonciation des distorsions de concurrence avec l’hôpital public a constitué l’un des modes de communication privilégié avec le grand public. Surtout l’opinion montre selon tous les sondages son attachement à l’hôpital public. D’où le risque d’être mal compris.

Mais au-delà de la transmission du message, la FHP prend acte du changement de paysage opéré par la loi de santé avec l’instauration des groupements hospitaliers de territoire. Avec la réduction massive du nombre d’hôpitaux publics grâce à la mise en œuvre d’un partenariat public-public, les cliniques envisagent en réponse la mise en œuvre d’une filière privée d’établissements. Surtout l’accroissement des déficits publics impose la recherche de nouvelles ressources. D’où le renforcement de liens avec les organismes complémentaires.

Dans les lignes, la FHP prépare l’après-Marisol Touraine. La santé sera-t-elle pour autant à l’agenda des prochaines échéances électorales ? Est-elle une priorité pour les décideurs politiques ? Rien n’est moins sûr…


Source : decision-sante.com