Filière sang, une exception française à conserver ?

Publié le 30/10/2013

« La filière française n’est pas organisée pour faire face à ce nouvel environnement compétitif. » Le rapport du député de l’Isère, Olivier Véran, pointe les limites du modèle français. Retard technologique, principe de précaution géré à l’excès, guerre picrocholine entre les principaux acteurs français qui in fine les fragilise.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte