Galien médecin et philosophe

Publié le 17/11/2010

Du temps d’Athènes ou de Rome, il y avait des passages possibles entre la philosophie et la médecine. Le volume qui traite des Epicuriens qui vient de paraître dans la collection de la Pléiade en porte témoignage. Pour Claude Galien par exemple, on ne peut être bon médecin si l’on n’est pas aussi philosophe. Son œuvre, selon Jacques Boulogne, cf.Décision Santé, juin-juillet 2009) n’appartient donc pas seulement à l’histoire de la médecine, mais devrait être également enseignée aux nouvelles générations de philosophes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte