Entretien avec Véronique Boudon-Millot

« Galien soignait le corps mais aussi l’âme »

Publié le 24/04/2015
Esprit curieux de tout, Galien aime surtout parler de lui : rarement auteur antique ne s'est autant livré. Cette biographie suit l'itinéraire du futur médecin depuis Pergame, où il étudie la philosophie et la médecine auprès des meilleurs maîtres, jusqu'à Smyrne, Corinthe et Alexandrie où il entreprend ses premiers voyages d'études. Témoin privilégié de la société romaine de son temps, Galien nous introduit ainsi dans l’intimité de ses malades et dans le secret de leurs maisons.
Décision Santé. Quels sont aujourd’hui les héritiers de Galien ? Ne faudrait-il pas les chercher plutôt en Chine qu’en Occident?

Véronique Boudon-Millot. Je ne suis pas spécialiste de médecine chinoise. Et ne dispose guère de l’expertise nécessaire pour mesurer la part de l’héritage galénique dans leur pratique. Toutefois l’apport de Galien en sphygmologie, la discipline consacrée au pouls est considérable. Il a rédigé un vaste ensemble en seize livres uniquement consacré à cette technique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte