Grandeur et tentations

Publié le 06/12/2014

L’agitation médicale est violente. Même si plusieurs gouvernements de gauche et de droite ont déjà eu par le passé maille à partir avec les médecins, comme ce fut le cas en 1997 avec Juppé ou plus récemment avec la loi HPST de Sarkozy et Bachelot, la grogne s’installe à nouveau, profitant de la faiblesse du pouvoir. Le terreau est favorable à la rébellion. Les élections professionnelles radicalisent les discours et créent des alliances de circonstances. Seule une opposition frontale paye.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte