Sans préavis, ce billet s’est mis en grève… illimitée. Pourquoi ce mouvement d’humeur alors qu’il en use et abuse ? Comme les notaires ou les huissiers de justice, jusqu’à aujourd’hui, il ne souffrait pas de la concurrence. Mais cet exercice libéral se paie au prix fort. Strictement encadré par une réglementation tatillonne, il est seulement riche de ses 1200 signes. Et à l’usage, il est tout contrit par ce format dérisoire. Pour autant, hébergé dans une pleine colonne, réhaussé d’une photo, il nargue les brèves, ces low-costs de l’info placées tout près de lui.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte