Véronique Fournier

Groupie d’éthique

Publié le 17/07/2015

« Oui, je suis une groupie de Bernard Kouchner. » L’ancienne étudiante de Sciences-Po, et médecin cardiologue n’a pas pour autant perdu son esprit critique. « La nomination au Quai d’Orsay par Nicolas Sarkozy était une erreur. Mais le parcours de Bernard est exceptionnel. » Afficher ses convictions ou ses fidélités relève chez Véronique Fournier d’une espèce de savoir-vivre. Ce qui n’interdit pas des jugements expéditifs sur une profession qui peinerait à trouver sa place à l’hôpital, les psychologues. Le parler-vrai n’interdit pas le trait d’humeur.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte