Entretien avec Jean de Kervasdoué*

« Il faut laisser de l’indépendance à l’institution Hôpital »

Publié le 26/03/2012

Crédit photo : S Toubon

Décision Santé. Quel bilan tirez-vous des cinq dernières années en matière de politique hospitalière ?

Jean de Kervasdoué. La réforme Bachelot (HPST, NDLR) est une régression, au moins en ce qui concerne l’hôpital. Quand Nicolas Sarkozy a décidé d’avoir un patron à l’hôpital – ce qui se défendait –, le problème, c’est qu’il a choisi le mauvais. Il a fait le choix d’un patron nommé par l’État. C’est l’État qui nomme les directeurs d’hôpital. Ce gouvernement qui se réclame de la droite parlementaire a fait une réforme tout à fait étatique, pas libérale.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte