Entretien avec Pascal Champvert, président de l’association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA)

« Il faut parler d’autonomie, pas de dépendance »

Publié le 20/05/2011
chapo à venir chapo à venir chapo à enir chapo à venir chapo à venir chapo à enirchapo à venir chapo à venir chapo à enirchapo à venir chapo à venir chapo à enir chapo à venir chapo à venir chapo à enirchapo à venir chapo à venir chapo à enirchapo à venir chapo à venir chapo à enir
Pascal Champvert, président de l'AD-PA

Pascal Champvert, président de l'AD-PA
Crédit photo : Olivier Thomas

Décision Santé. Jugez-vous les débats, le travail des groupes de travail, constructifs ? Quelle est votre contribution ?

Pascal Champvert. Ce qui sera important, c’est ce qui sortira de la synthèse des travaux. De notre côté, on a clairement indiqué notre façon de voir les choses. Il faut commencer par changer de dénomination : parler d’autonomie, pas de dépendance. Ce terme est péjoratif, il discrimine les personnes âgées. Alors que l’autonomie, c’est l’objectif que nous poursuivons.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte