Infections à HPV, le vaccin n’entraîne pas de hausse du risque de maladies auto-immunes

Publié le 17/09/2015

Crédit photo : GARO/PHANIE

Mille décès par an dus au cancer de l’utérus seraient évitables grâce au vaccin. Et avec près de 3 000 nouveaux cas diagnostiqués par an, le cancer du col de l’utérus est le onzième en terme d’incidence chez la femme. Une grande étude a été réalisée par la Cnamts et l’ANSM sur ce sujet en 2014 sur une cohorte de 2,2 millions de jeunes filles vaccinées et âgées de 13 à 16 ans. Elle vient confirmer les données de la littérature française et internationale. La vaccination contre les infections à papillomavirus humains (HPV) par Gardasil® ou Cervarix® n’induit pas de hausse du risque global de survenue de maladies auto-immunes. Seuls un à deux cas pour 100 000 filles vaccinées ont été recensés. De plus, depuis leur mise sur le marché, ces deux vaccins ont fait l’objet d’une surveillance renforcée. Et cela n’a pas mis en évidence d’éléments remettant en cause leur balance bénéfices-risques.


Source : decision-sante.com