Secteur privé

Jacques Attali plaide pour la dépense de santé

Publié le 20/12/2010
Jacques Attali ne veut pas seulement libérer la croissance : il espère aussi émanciper les dépenses de santé. Car le secteur sanitaire selon lui est un secteur d’avenir. Encourager les dépenses dans ce domaine, plutôt que les restreindre, est une position vertueuse qui mérite d’être défendue. C’est ce qu’il a plaidé lors des Journées de l’hospitalisation privée en novembre dernier.

Crédit photo : © J.-B. Gervais

« La bataille à mener pour défendre les dépenses de santé est idéologique », a rappelé Jacques Attali, invité aux Journées de la FHP, le 19 novembre dernier. Secteur en forte croissance, la santé pâtit d’un malentendu : « On considère les dépenses de santé comme une charge, car le bénéfice de ces dépenses n’est pas évident. Qui plus est, la santé est financée par des prélèvements obligatoires, ce qui a une connotation péjorative », rappelle Jacques Attali, qui développait la même thèse dans un essai paru en 1979, L’Ordre cannibale.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte