Jacques Barrot, disparition d’un « honnête homme »

Publié le 06/12/2014

Pour les médecins libéraux, Jacques Barrot incarnait la fin d’une époque, celle où les docteurs étaient intouchables. Lors d’une manifestation, les médecins sont matraqués par des CRS comme des étudiants. Le choc sera rude. Sous les commandes de Raymond Barre, il impulse un plan de rigueur. Les honoraires sont gelés. Le secteur 2 est alors créé et signé par un seul syndicat de médecins. Il est mort subitement, dans le métro, seul et dans la foule. Mort d’un honnête homme.


Source : Décision Santé: 299