Entretien avec Roselyne Bachelot, ministre des solidarités

« La dépendance est un problème à notre portée, mais qu’il faut prendre à bras-le-corps »

Publié le 20/05/2011
Roselyne Bachelot l’a voulu, le président le lui a accordé : la ministre de la Solidarité conduira dans les régions un vaste débat participatif sur la dépendance, dont les conclusions devront alimenter les textes législatifs à venir, relatifs à ce problème de société. Pour Décision Santé, la ministre revient sur les enjeux de ce débat.
Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités et de la Cohésion nationale

Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités et de la Cohésion nationale
Crédit photo : © Sébastien Toubon

Décision Santé. Comment est perçue, actuellement, la question de la dépendance ? Qu’en est-il du débat ?

Roselyne Bachelot. J’ai demandé et obtenu du président de la République d’avoir un débat participatif, réfléchi. J’ai voulu dresser le tableau de la dépendance dans notre pays. Car, même s’il y a eu beaucoup de rapports sur la question, ils étaient contradictoires, parfois flous ou anciens. Ils n’étaient pas très précis sur l’ampleur du problème et sur les solutions qu’il convenait d’y apporter.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte