Gouvernance

La loi HPST à l’épreuve des faits

Publié le 14/07/2011
Deux ans après le vote de la loi HPST, le colloque Rencontres de la santé organisé à Paris a permis de faire le point sur les avancées de la loi HPST sur le terrain.
Annie Podeur, directrice de la DGOS, interviewée par Pascal Maurel, Décision Santé.

Annie Podeur, directrice de la DGOS, interviewée par Pascal Maurel, Décision Santé.
Crédit photo : © Vincent Kowalski

Qu’a donc apporté la loi HPST, votée le 21 juillet 2009, aux hospitaliers ? Beaucoup d’espoirs, autant de disconvenues, ont semblé dire les intervenants de plusieurs tables rondes organisées à Paris le 28 juin dernier. Pour Jean-Paul Durousset, président de la FHP, HPST a été conçue sous de bons augures : « Pour la première fois, via les ARS, on rassemblait le secteur libéral, hospitalier, médico-social. Le privé pouvait enfin participer aux missions de service public. » À l’euphorie a succédé la perplexité : « Les ARS sont-elles de nouvelles usines à gaz ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte