Entretien avec Roselyne Bachelot, ministre de la Santé

« La loi HPST a pris en compte la situation des zones les plus en difficulté sur le plan démographique »

Publié le 24/05/2010
chapo à venir chapo à venir chapo à venir chapon à v e nv)efe fn vc hap chapo à venir chapo à venir chapo à vchapo à venir chapo à venir chapo à vchapo à venir chapo à venir chapo à vchapo à venir chapo à venir chapo à vchapo à venir chapo à venir chapo à vchapo à venir chapo à venir chapo à v chapo à venir chapo à venir chapo à venir chapon à v e nv)efe fn vc hap chapo à venir
Décision Santé. Les hôpitaux n’ont pas respecté en 2009 le taux de l’Ondam qui leur était imputé. Des événements spécifiques comme la grippe H1N1 ont-ils contribué à ce dérapage ?

Roselyne Bachelot. Plusieurs facteurs semblent avoir joué, notamment une activité hospitalière importante et un passage à 100 % de la tarification à l’activité (T2A) des établissements de santé. Concernant la grippe A H1N1, son impact est estimé à une fourchette établie entre 110 et 130 millions d’euros.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte