Santé publique

La médecine de ville, l’hôpital et l’usager

Publié le 14/07/2011
La coordination des acteurs de la santé appelle la participation des usagers. Retour sur les grandes lignes des débats du colloque de la FHF de juin dernier.

Crédit photo : © D. R.

La médecine dite de ville ne tente que 10 % des nouveaux diplômés. Aux champs, elle s’étiole : en Picardie, la densité de médecins, 1,5 fois moins importante qu’en Paca, est en partie portée par des étrangers y constituant 44 % des médecins ruraux1.

L’hôpital, progressivement converti au territoire sectorisé, puis pertinent, recherche le nouveau rôle en réseau que lui demandent la loi, l’État, le marché et le citoyen.

L’usager, antienne du concept de démocratie sanitaire, s’impatiente.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte