Savoir

La médecine perd ses facultés

Publié le 05/07/2010
La formation initiale des médecins ne cesse d’évoluer depuis la réforme de 1984. Les deux dernières décennies ont vu s’accélérer les bouleversements, concomitamment avec la réforme des universités.

Les facultés de médecine ont dû faire face, dans les années quatre-vingt-dix, à une désertion croissante des étudiants de médecine générale. Lionel Jospin, alors Premier ministre, annonce, lors de la clôture des États généraux de la santé, le 30 juin 1999, la nécessité de modifier les études médicales pour redonner sa place à la médecine générale. L’article 60 de la loi n° 2002-73 de modernisation sociale du 17 janvier 2002 (article L. 632-2 du code de l’éducation) qui réforme le troisième cycle des études médicales, instaure l’internat pour tous, se substituant au résidanat.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte