La médecine tropicale nobélisée

Publié le 08/10/2015

La médecine tropicale longtemps oubliée par les Nobel est à l’honneur. Loin des thérapies ciblées ou des dernières recherches issues de l’immunothérapie, le mode de découverte classique des médicaments, fruit du hasard et de la nécessité, est ainsi récompensé à travers l’artémisinine et l’avermectine. L’Irlandais William Campbell et le Japonais Satoshi Omura ont été distingués pour la découverte de l’avermectine et de son dérivé l’ivermectine indiqués dans des maladies parasitaires comme l’onchocercose, la filaire lymphatique mais aussi la gale.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.