Entretien avec Jean Clair

« La peinture n’est pas seulement là pour satisfaire un plaisir, mais apporte un sens »

Publié le 29/05/2012
Pourquoi s’est produite une rupture entre la peinture et la médecine à la fin du XIXe siècle ? Jean Clair dans un beau livre* retrace comment s’est délitée cette union heureuse cristallisée par la disparition d’un savoir et d’un savoir-faire au profit de l’émergence du monstrueux et du difforme dans l’art moderne. Retour vers un âge d’or.
Décision Santé. À vous lire, l’alliance entre l’art et la science, les médecins et les peintres, l’art académique et le savoir anatomique serait à l’origine d’un âge d’or de la peinture.

Jean Clair. On appelle aujourd’hui les arts plastiques ce que l’on dénommait hier les Beaux-Arts. En fait, il y a plusieurs âges d’or dans cette histoire. Dans ces années de forte créativité, la peinture se soumet presque servilement à une puissance spirituelle ou intellectuelle.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte