Entretien avec Frédéric Keck

« La peur de la grippe peut être comparée à celle de la grêve générale »

Publié le 20/01/2011
La grippe, à l’image des systèmes de parenté ou des liens matrimoniaux peut-elle être un objet d’étude anthropologique ? C’est le pari de Frédéric Keck qui nous emmène en voyage, loin des terrains habituels fréquentés par les ethnologues français. De Hong Kong en Argentine, du Cambodge à l’Afssa, des laboratoires de microbiologie aux marchés de volaille en Chine, la grippe, ou plutôt la menace d’une pandémie, révèlent aussi bien les nouvelles peurs que les processus de mondialisation en cours. Ouvrage stimulant, il déborde souvent du cadre strict de la grippe et nous promène par exemple sur les rives du bouddhisme, ouvre de nouvelles pistes de réflexion sur les causes du génocide au Cambodge, examine les relations entre l’homme et l’animal. Parfois, le lecteur s’étonne d’hypothèses avancées rapidement qui relèvent davantage de l’intuition que de travaux de recherche. Qu’importe, le champ balayé est ici vaste. Et Frédéric Keck qui s’inscrit dans le sillon de Claude Lévi-Strauss renouvelle le récit de voyage à la française. Sur le phénomène de la grippe pourtant largement médiatisé, l’enquête menée révèle ainsi pourquoi il s’agit d’un de nos mythes avec ses rites bien codifiés, la vaccination par exemple. Contre toute attente, serions-nous vraiment modernes ?

Crédit photo : Arnaud Février pour les éditio

Décision Santé. Pourquoi consacrer un long travail à la grippe, une maladie a priori bénigne à la différence de l’infection à VIH ?

Frédéric Keck. Entre 1997 et 2009, on prévoyait que le virus H5N1 tue entre 60 à 100 millions de personnes, alors que l’OMS a recensé 300 morts dans le monde, et on a abattu des centaines de millions de volailles, pour éviter la transmission du virus des oiseaux aux humains. Je me suis interrogé sur les différences entre santé animale et santé publique ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte