La philosophie de l’ambiguïté selon Merleau-Ponty

Publié le 17/11/2010

Maurice Merleau-Ponty et Georges Canguilhem sont les deux faces d’une même position. Merleau-Ponty part de la phénoménologie. Il s’aperçoit que l’on ne peut pas penser une conscience pure. On est en revanche un corps vivant dans le monde à la recherche d’un sens. C’est le philosophe de l’ambiguïté. Parce que l’on est à la fois une conscience et un corps. L’objet a un sens qui se détache au sein d’un monde opaque. En politique, il faut viser un sens, bien qu’étant englué dans des pesanteurs réelles.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte