La robespierriste

Publié le 15/10/2012

Comment est-on saisi par la politique ? Est-ce un virus ou une addiction ? Doit-on rechercher un facteur génétique ? Si l’on retient cette dernière hypothèse, un grand-oncle a bien été conseiller général. En vérité, chez Catherine Lemorton, née en 1961, aujourd’hui présidente de la Commission des affaires sociales, l’attachement commence très tôt, dans l’enfance. Non par la révolte, le sentiment d’injustice mais par les chuchotements, le respect qui enveloppe l’arrivée d’un député dans sa DS noire au domicile des grands-parents... À l’époque, la petite Catherine a 8 ans.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte