Maladies chroniques

Le bénéfice se rapproche-t-il du risque ?

Publié le 15/10/2012
Avec quinze millions de personnes atteintes de maladies chroniques, la notion de bénéfice-risque doit guider la prescription. Mais la volonté de traiter précocement chacune de ces affections augmente la densité de la population polypathologique et avec elle le risque iatrogène.

« Les traitements chroniques posent un réel problème, parce qu’ils rassemblent l’essentiel des coûts, et parce que la France n’a pas du tout une culture de réévaluation des prescriptions, regrette Samuel Limat. La tendance à accroître le mille-feuille thérapeutique sans jamais réévaluer les bénéfices et les risques de l’ensemble de l’ordonnance augmente l’iatrogénie et les coûts. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte