Le bonheur à prix … très élevé

Publié le 30/11/2012

À gauche, les États sont impécunieux. À droite, il n’y a jamais eu autant d’argent. Au centre des masses mal soignées et des riches qui ne veulent pas partager. Doit-on être fataliste et ne rien faire ? Ou volontariste et renforcer par humanité le rôle des services sociaux donc des États ? Ou cynique et chercher de l’argent là où il est en privatisant le secteur, et faire des économies en créant des soins « low costs » qui suffiront bien « aux masses ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte