Suisse

Le canton de Vaud ferme la porte aux cliniques

Publié le 20/12/2010

La révision de la loi sur l’assurance maladie suisse (Lamal) en 2009 autorise désormais le financement et la mise en concurrence d’hôpitaux publics et privés, via des subventions en forfait par patients et par pathologie (DRG), soit l’équivalent de la T2A octroyé indistinctement à l’ensemble des structures. Mais dans le canton de Vaud, Pierre-Yves Maillard, conseiller d’État chargé de la santé vient de transmettre à une commission du Grand Conseil un projet de loi sur la planification et le financement des établissements sanitaires d’intérêt public et sur les réseaux.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte