Sécurisation médicamenteuse

Le DP confronté aux aléas technologiques des hôpitaux

Publié le 25/03/2011
Fin décembre 2008, la Cnil donnait son quitus pour l’amorce d’une exploitation généralisée du dossier pharmaceutique (DP). Ce dispositif a séduit plus de 10 millions de Français et 17 000 officines. À la différence du DMP dont la mise sur pied peine à se généraliser à l’échelle nationale, il se veut pragmatique. Reste à le valider au sein de l’hôpital pour parachever son assise dans tout l’Hexagone. L’arrimage de ce dernier maillon pose plus de problèmes que prévu.

Le dossier pharmaceutique (DP) est mis en œuvre par le Conseil national de l’ordre des pharmaciens. Mis historiquement à la disposition des pharmaciens d’officines, il sécurise la dispensation des médicaments aux patients. À cette fin, son exploitation est soumise à l’utilisation conjointe de la carte de professionnel de santé (CPS) du pharmacien et de la carte Vitale. Le respect des droits des patients est donc acquis.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte