Le french paradox à l’heure du changement

Publié le 04/12/2012

Une espérance de vie hors normes et des inégalités sociales de santé persistantes : c’est ce que les spécialistes appellent le french paradox. Ces inégalités sociales sont en outre plus ou moins importantes selon les territoires. Avec traditionnellement des taux de mortalité prématurée particulièrement élevés dans le Nord-Pas-de-Calais, en Picardie, Haute-Normandie, Bretagne et en Champagne-Ardenne. Et une situation plus favorable en Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées et Alsace. Cette situation est toutefois loin d’être figée.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte