Maurice-Pierre Planel

Le hussard du médicament

Publié le 20/12/2016
visuel Planel

visuel Planel

« Je ne m’imagine pas à la tête du CEPS encore dans dix ans », lâche Maurice-Pierre Planel. Mais le jeune étudiant en droit à Nice en 1982, tout juste bachelier ne se rêvait sûrement pas en héraut de la politique du prix du médicament. Héritier d’une famille d’enseignants depuis la plus haute Antiquité ou presque dans le sud-ouest, le futur juriste est construit par cette haute idée de la mission de service public porté par les valeurs de la IIIe république. La figure du Rastignac ambitieux est plutôt un contre-modèle.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.