Livre/Cioran

Le mal de vivre

Publié le 27/01/2012

En ces temps de crise permanents où le moindre penseur d’occasion prophétise catastrophes et drames en série, l’œuvre de Cioran bouscule le lecteur et l’invite loin de l’instantané à l’essentiel. Ici rien n’est pensé pour réconforter le lecteur, le consoler, si ce n’est le recours à une langue ciselée, tranchante. Dans cette invitation à visiter comme par effraction les abîmes grâce au recours à l’aphorisme, au fragment, on ne peut s’évader ou refuser la confrontation avec la mort, le vide, le néant. Il n’y a là aucune quête ou but à rechercher.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte