Le pire n’est jamais décevant

Publié le 30/10/2014

Depuis quelques semaines, les responsables de la santé de tous les pays, déjà affaiblis par la pauvreté pour les uns et les crises économiques et sociales pour les autres ne sont pas épargnés par le virus Ebola. De tels enjeux de santé publique exigent de leur part des qualités politiques exceptionnelles. Il convient que, chez nous, la ministre en charge de la Santé et ses services agissent avec rapidité, bienveillance mais aussi avec efficacité et mesure.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte