Cliniques et maisons de retraite

Le privé s’affranchit des frontières

Publié le 18/10/2010
Les cliniques investiraient dans le médico-social pour compléter leur offre de SSR et pallier la diminution de la rentabilité de leur activité première. Un procès d’intention, selon les acteurs du secteur qui se défendent tout de go et avancent d’autres arguments.

Une étude publiée par le groupe Xerfi en octobre 2009 sur le repositionnement et les stratégies de diversification des cliniques de soins de suite et de réadaptation (SSR) au sein de la filière de soins pointait l’affaiblissement de la croissance du chiffre d’affaires des cliniques SSR depuis 2005, parallèlement au durcissement de la politique tarifaire. Double phénomène qui pousserait les établissements et les groupes privés à investir dans des structures médico-sociales.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte