Big is beautiful ?

Le temps révolu des cathédrales

Publié le 30/11/2012
Pour des raisons d’inadaptation aux besoins, le temps des super-hôpitaux semble terminé. Mais cela ne signe pas pour autant la fin des restructurations.

L’Hôpital européen Georges-Pompidou à Paris, l’Hôpital Sud-Francilien dans l’Essonne pour le plus récent en est les symboles. De quoi ? De cette période de quinze à vingt ans durant laquelle l’avenir de l’hôpital s’écrivait à travers le regroupement des établissements de petite et moyenne capacité au sein de structures plus importantes voire gigantesques, censées optimiser et rentabiliser les fonctions supports et les plateaux techniques mais aussi assurer qualité des soins et attractivité pour les professionnels de santé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte