Benoît Vallet

Le touche-à-tout

Publié le 30/12/2013

« N’y allez-pas ! » lui a conseillé Martine Aubry, « C’est un métier impossible ». Le poste a été vacant plus de trois semaines, faute de candidats. Mais comment renoncer à devenir directeur général de la santé, se hisser en tête, alors que l’on s’est classé dernier à l’internat de Lille ? Certes, Benoît Vallet ne ressemble en rien à l’image du haut fonctionnaire qui rêve d’arpenter depuis toujours les longs couloirs de l’Avenue de Ségur. Chaleureux, ouvert, l’échange avec l’autre ne se résume pas à une perte de temps.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte