L’EBM doit rester au service de la clinique

Publié le 15/10/2012

Incontournable et indiscutable, l’Evidence Based Medicine souffre cependant de limites méthodologiques qui peuvent être responsables de surtraitement. Beaucoup d’adaptations méthodologiques ont en effet été entreprises légitimement pour optimiser les rapports délais-coût-efficacité de la recherche clinique. Mais leur manipulation dans le but de favoriser la mise en évidence d’un bénéfice thérapeutique doit être considérée. D’où la nécessité de conserver un regard critique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte