Les anticancéreux, trop chers ?

Publié le 21/12/2015
Le prix du médicament peut-il mettre en danger l'ensemble du système de santé ? La question est plus que jamais d'actualité. Elle a été ravivée l'an dernier avec l’« affaire » du sofosbuvir dans le traitement de l’hépatite C. Mais les anticancéreux ne sont pas épargnés, même s’ils ont pour la plupart une population cible restreinte.

« Une étude américaine conduite sur 58 médicaments a montré que le prix moyen par médicament a quadruplé entre 1995 et 2013, passant de 54 000 a 207 000 dollars constants », a expliqué Dominique Maigne, directeur de la HAS. Jusqu’à présent, l’accessibilité aux traitements innovants a toujours été garantie dans ce pays. Mais aujourd’hui, avant une nouvelle vague d’innovation à venir, on peut se poser la question. » Jean-Charles Soria, oncologue à l’Institut Gustave Roussy, a d’abord voulu rappeler « qu’avant le coût des médicaments vient celui des vies perdues ».

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.