Les bons et mauvais points de Prescrire

Publié le 20/02/2013

Depuis cinq ans, la revue Prescrire n’a pas attribué de Pilule d’Or, faute de médicament innovant à l’origine d’une rupture thérapeutique. L’année 2012 sans surprise ne déroge pas à cette absence de distinction. Il n’y a pas davantage de médicaments inscrits au tableau d’honneur. En revanche, la rédaction cite au palmarès l’abiratérone (Zytiga®, laboratoire Janssen-Cilag) et le bocéprévir (Victrelis®, laboratoire Merck Sharp & Dohme).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte