Les forces de l’Ordre

Publié le 06/12/2014

En quelques mois, le conseil de l’Ordre est entré dans l’arène, celle de la politique. Menacé de disparition avant l’élection de François Mitterrand, l’Ordre pour se refaire une santé avait privilégié les débats autour de l’éthique dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix. Résultat, au lieu d’être représenté comme une instance réactionnaire s’opposant à tous les nouveaux droits et notamment ceux des femmes, les médecins de l’ordre avaient retissé le fil avec l’opinion. Et véhiculé l’image d’une médecine humaniste en phase avec la modernité.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte