Traitements

Les hôpitaux tournent au ralenti

Publié le 25/04/2011
Centre de santé rural de Kouasi N Dawa.

Centre de santé rural de Kouasi N Dawa.
Crédit photo : © Viviane Fortaillier

Thomas Luba, 35 ans, a dû débourser la moitié de son salaire mensuel – soit dix fois le montant habituel – pour payer sa dernière dialyse rénale. Le pays est confronté à une pénurie de médicaments provoquée par des sanctions qui empêchent les bateaux européens d’approvisionner les ports ivoiriens. « Je devrais normalement recevoir deux traitements par semaine », a-t-il dit à l’agence de presse humanitaire Integrated Regional Information Network (Irin) depuis le centre hospitalier universitaire de Treichville, à Abidjan, la capitale commerciale.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte