Essais cliniques

Les indicateurs témoignent d’un recul de l’attractivité

Publié le 20/03/2015
Le contrat unique, propulsé en juin 2014, n’a pas encore produit ses effets. La France enregistre des résultats décevants sur le critère des délais de mise en place des essais. Explications.

Les bonnes intentions ne suffisent pas. En témoigne le recul de la France dans le domaine des essais cliniques alors que le contrat unique instauré en juin dernier était appelé à dynamiser le secteur. Certes la nouvelle édition de l’enquête 2014 réalisée par le Leem dévoile de bonnes nouvelles. La part des études de phases précoces ( I et II) progresse de cinq points. Et représente 50 % des études réalisées dans l’Hexagone. Au siège des big pharma, proposer des essais de phase II/III aux filiales françaises ne paraît plus une idée exotique. Le taux atteint désormais 58 %.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte