Entretien avec Philippe Burnel*

Les premiers progrès que l’on peut faire en matière de sécurisation des données rapportent beaucoup, et ne coûtent pas grand-chose »

Publié le 20/03/2015
Décision Santé. Comment expliquer la faible réactivité des gestionnaires des établissements de santé en matière de sécurité des données ?

P. B. Gérer des risques suppose d’abord une prise de conscience de leur réalité et de la gravité des conséquences qui peuvent en résulter. Nous devons, avec les acteurs du système de santé, parcourir de façon accélérée, le même cycle de prise de conscience et d’action que celui qu’a connu le sujet de la lutte contre les infections nosocomiales ou l’adoption de pratiques médicales de réduction du risque iatrogène.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte