Les réactions des deux principales fédérations

Publié le 15/10/2012

Crédit photo : S Toubon

Gérard Vincent (Fédération hospitalière de France)

« Il ne faut pas de plaindre avec un taux de progression de l’Ondam hospitalier à 2,6 %. Dans d’autres pays, la situation est nettement plus critique avec une réduction des dépenses. Cela démontre que la santé n’est pas sacrifiée dans notre pays. Pour autant, ce taux ne suffit pas à effectif constant pour maintenir la voilure. Chaque année, nos charges progressent mécaniquement de 3,1 % sans même une augmentation des salaires.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte