Les tests compagnons en immunothérapie : un enjeu de taille !

Publié le 17/07/2015

Le PDL1 est exprimé par les cellules tumorales. Mais il peut également être exprimé par des cellules du microenvironnement. « Chaque laboratoire pharmaceutique développe son propre test. Suivant les tests, les résultats sont très différents. Il y a un vrai effort de standardisation à réaliser. On ne connaît pas très bien quels sont les cut-off, c’est-à-dire à partir de quel seuil on considère que le marqueur est positif ou négatif », s’interroge Eric Tartour. De plus, des patients n’exprimant pas PDL1 répondent au traitement.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte