Covoiturage

Les véhicules sanitaires ouvrent la route

Publié le 15/10/2012
Peut-on faire des économies sans porter préjudice au niveau de qualité offert aux patients ? Dans le domaine du transport sanitaire, la réponse semble être positive.

En perpétuelle croissance (67 millions de transports prescrits en 2010), l’activité du transport sanitaire fait l’objet d’une attention particulière de l’assurance maladie depuis quelques années. Outre l’optimisation des prescriptions de transports, un autre axe d’amélioration est étudié : le transport partagé. Autrement dit, le covoiturage. « Sur le papier, cette démarche qui concerne le transport assis par véhicule sanitaire léger (VSL) est possible depuis des années, affirme Thierry Schifano, président de la FNTS1. Mais les choses commencent à s’accélérer.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte