L’homme océan

Publié le 24/04/2012

L’époque était-elle vraiment moderne ? Selon les nouveaux maîtres du goût, l’espérance doit désormais être remisée au musée. Le lyrisme relèverait plutôt de l’exercice de mauvais goût. Et face à un ciel lourd de menaces, le réalisme serait la seule esthétique en accord avec l’air du temps. En réponse, Annie Le Brun, spécialiste entre autres de Sade, nous donne à lire et à voir un Victor Hugo enfin libre, débarrassé de sa gloire et de toutes les images pieuses colportées par les manuels scolaires.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte