Coordination

Lier la santé pour l’améliorer

Publié le 24/11/2011
À défaut d’être appliquée, la « coordination » est devenue une véritable injonction dans le système de santé. Coordonner l’hôpital, la médecine de ville et le médico-social dans les filières de soins, les médecins et paramédicaux dans les maisons de santé, ou la transmission d’information entre les équipes de soins dans la gestion des risques : tout est devenu motif à coordination.

Crédit photo : Institut Gustave-Roussy / A. Chéron

L’explication en est simple. Avec le développement de l’innovation technologique, le recours accru à l’ambulatoire, le développement du soin à domicile et l’évolution vers la chronicité de nombreuses pathologies, les prises en charge des patients se sont largement transformées. Désormais, elles sont dans de nombreux cas plus fragmentées, impliquant plus d’acteurs, et réalisées dans des lieux différents et des laps de temps plus courts. Or, tous ces facteurs ont en commun d’exiger des modes de coordination très précis.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte